Les aquarelles

Cette série d’aquarelle, accrochée dans la cafétéria, illustre le site archéologique de Vallon à travers les âges.

L’époque protohistorique (1100-500 avant J.-C.)

Sur la petite terrasse à l’Est du ruisseau, des traces de constructions simples sur poteaux ainsi que des fragments de récipients en céramique et des objets en bronze témoignent d’occupations sporadiques à l’âge du Bronze final et au Premier âge du Fer.

L’époque romaine (Ier siècle après J.-C.)

Entre 50 et 70 après J.-C., deux nouveaux bâtiments s’ajoutent à un premier édifice érigé au début de notre ère. La bâtisse Nord, bordée d’un portique, abrite plusieurs pièces. Au Sud, la construction est ceinte de galeries et s’organise autour d’une vaste cuisine. A l’arrière s’élève un grenier.

L’apogée (début IIIe siècle)

Plusieurs transformations agrandissent la résidence, bientôt ornée de deux mosaïques. Un long portique de façade relie les trois édifices et, à l’extérieur, les espaces ouverts s’organisent en jardins d’agrément. Un grand bassin (citerne) se dresse devant un local saillant de l’aile Sud, qui pourrait correspondre à des latrines.

L’incendie (fin IIIe ou début IVe siècle)

A la fin du IIIe ou au début du IVe siècle, un violent incendie ravage le bâtiment central et l’édifice Nord. Les marques laissées à jamais par la forte chaleur sont particulièrement visibles sur la petite mosaïque et sur les statuettes des divinités domestiques.

L’Antiquité tardive (IVe-Ve siècles)

Après la catastrophe, la vie continue et d’importants travaux de restructuration sont entrepris dans tous les bâtiments. Ils modifient radicalement les surfaces et la fonction de certains espaces. A l’extérieur, les jardins accueillent des constructions en bois dévolues à des activités artisanales.

Le Haut Moyen Age (VIe-VIIe siècles)

Après l’Antiquité, dans les ruines de l’ancien bâtiment central, une série de poteaux semble définir une construction.

Au VIIe siècle, des tombes sont creusées à l’emplacement de l’ancien bâtiment Nord, alors qu’un édifice en bois, peut-être lié aux sépultures, s’implante sur la grande mosaïque.